Trois conditions à réunir pour que le MOOC en Entreprise ou le SPOC soit réussi : un format rapide, ludique et engageant.

Le format du MOOC en entreprise (COOC, SPOC) impose un rythme rapide, l’apprenant devant organiser son emploi du temps au cours de sa semaine de travail pour y insérer des plages horaires consacrées à l’apprentissage.

Cette organisation n’est pas simple à mettre en place et si le cours semble « ennuyeux », l’apprentissage apparaît comme une contrainte.

Des formats simples, ludiques et engageants sont à favoriser afin de considérer l’apprentissage comme un plaisir et moins comme une contrainte.

Notre expérience chez MOOC IN TOUCH nous amène à fortement recommander de transformer le cours digital en un échange entre apprenants, en les mobilisant au maximum pour participer et contribuer au cours. L’implication de chacun pour le bénéficie de tous, c’est la réussite du programme d’apprentissage.

Les échanges entre apprenants peuvent prendre des proportions telles que l’élève peut devenir lui-même “l’enseignant”, ce qui, outre le développement de l’apprentissage en communauté, favorise sa propre montée en compétences. Transmettre à ses pairs les concepts que l’on est en train d’acquérir est source d’efficacité dans son apprentissage.

Le digital engage l’apprenant à apprendre les notions clés. L’approfondissement de ses connaissances peut être complété par des évènements directs en présentiel ou en virtuel (la possibilité de proposer dans les Mooc et les Spoc des évènements synchrones sous la forme de web conférence, d’évènements « Meet Up », etc)

Le MOOC en entreprise offre également des possibilités de plateformes de Learning Management System. Aujourd’hui, les quiz proposés dans les Mooc ou les Spoc restent trop souvent monotones (cases à cocher essentiellement). Certaines plateformes comme Open Edx, bien utilisées, peuvent ainsi proposer des types de questions différents dans le même quiz. L’idée étant de varier et de donner du rythme à l’apprentissage. (Drag and Drop, questions à indice…).

Pour développer le côté ludique, à toute bonne réponse on félicitera l’apprenant, et en cas d’erreur, un message d’encouragement sera proposé (inciter à revoir une vidéo, solliciter le forum de discussion pour un complément d’informations).

Pour garantir le succès d’un MOOC ou d’un SPOC, il semble essentiel de se détacher de tout objectif de performance et d’essayer d’autres voies. Rater, obtenir un retour d’autres apprenants et de l’équipe pédagogique, essayer à nouveau, est un comportement tout à fait légitime. L’apprenant doit se sentir dans une zone de confiance bienveillante, en dehors de son contexte réel. L’essentiel de la formation reste centré sur un objectif : l’apprenant doit acquérir de nouveaux concepts.

De même, plutôt que de transmettre des concepts théoriques de façon traditionnelle (Maître vers élève), on privilégiera le Storytelling, dans lequel l’orateur transmet des connaissances à travers le support d’une histoire. Ce procédé vise à faire émerger l’émotion de chacun, ce qui implique davantage celui qui écoute. L’authenticité joue un rôle prépondérant dans l’implication de l’apprenant.

La gamification est également une notion qu’il convient de développer, parce qu’il est prouvé qu’on apprend davantage en jouant. Là encore l’interaction ludique permet d’engager l’émotion de l’apprenant et de l’installer dans une situation captivante qui le stimule, afin de l’aider à trouver la solution au problème posé.

Le MOOC en entreprise reste bâti dans une approche classique et verticale de l’enseignement ; il est grand temps de proposer des apprentissages davantage centrés sur les apprenants, et moins sur les équipes pédagogiques.